Le prisme des éclats

by Des Ébauches

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Copie physique du Prisme des éclats.

    Includes unlimited streaming of Le prisme des éclats via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 10 days
    edition of 500 

      $10 CAD

     

1.
02:48
2.
03:38
3.
4.
5.
6.
03:29
7.
03:54
8.
03:23
9.
10.
06:11
11.
12.
07:10
13.
14.

credits

released November 6, 2014

Musique: Des Ébauches
Paroles: Maxime Guay, Raphaël Hubert, Arno Bramann

Réalisé par Navet Confit

Enregistré au Cerantola Studio et au Sushi Cat Studio par David Laurendeau et Navet Confit

Mix: David Laurendeau
Mastering: Ryan Morey

tags

license

all rights reserved

about

Des Ébauches Montréal, Québec

Des Ébauches déploie un son indie rock aussi mélodieux que garroché, aussi ambiant que bien ancré. Délivrant un rock franc, le quintette puise dans le grunge, la pop et l’alternatif en ne faisant jamais de compromis sur la force mélodique et la puissance évocatrice des mots. Des Ébauches vient lier poésie critique et envolées musicales pour faire vivre une expérience dont on ne sort pas indemne. ... more

contact / help

Contact Des Ébauches

Streaming and
Download help

Track Name: Dominique
Étant donné qu’on gradue que l'on s'installe
J'ai mal digéré les quarante heures en rafale
Qui nous poussent loin de nous
Qui nous soustraient de nous-mêmes
Soyons francs, Dominique
On s'emmerde

Les jours calculés, les collègues qui se lamentent
Le prix à payer pour une vie télécommandée
Être adulte, ça instruit
Moi j'ai mangé mes cinq portions de fruits
Soyons francs, Dominique
On s'emmerde

Moi je pars partiras-tu?

Étant donné qu’on s’immobilise autant
On se convainc qu'on est, on échoue sur le divan
Épuisés, on s’enferme
Pour mieux revenir au même
Soyons francs, Dominique
On s’emmerde

Moi je pars partiras-tu?

Le métro bondé qui t’emprisonne
L’envie de t’évader qui te talonne
À chaque station tu t’affoles
Tu retiens ton cri
Si le silence est ton uniforme
L’habit la cravate te serrent la gorge
Les cernes et la vie monotone
Si tu restes ici

Moi je pars partiras-tu?
Track Name: Boire à moi
À l'aube tout passe tout recommence
Tout recommence
La lumière s'installe me parle me hante
Me parle me hante
Et j'ouvre les yeux
Tout bouge et ma tête résonne trop fort
Je n'ai que si peu
De temps avant de bouger
Nah nah nah nah

Boire à la santé de mes croyances
Je bois je crois
Croire que la beauté de l'ignorance
Me noie me noie
Et j'ai bu pour deux
Des bouteilles immenses m'illuminaient
La veille et faire de mon mieux
Oublier la brume entre mes deux oreilles

Allez picole de bon coeur
Arrête le temps
Enfermé entre deux bouteilles d'élixir maintenant
On chante nah nah nah nah
C'est si bien pensé
C'est si facilement oublié
Mais si tu bois à la vie
Pense à boire à moi aussi

S'abandonner plus qu'autrement
La terre pivote plus rapidement
Des dimensions quelques tourments
Semblent s'oublier or je me rends
Saoul d'angles erronés l'homme tranquillement
Dort ébréché, dort rêvassant
Un verre de confort
Cul sec et encore

Allez picole de bon coeur
Arrête le temps
Enfermé entre deux bouteilles d'élixir maintenant
On chante nah nah nah nah
C'est si bien pensé
C'est si facilement oublié
Mais si tu bois à la vie
Pense à boire à moi aussi
Pense à voir à toi aussi
Pense à boire à moi aussi
Track Name: Retour à la civilisation
Quand je suis revenu de part et d’autre
Reprendre la vie et ses lundis
J’étais morose un peu c’est vrai
Le ciel lui aussi était gris
C’était un périple perdu
Entre la jungle et mes envies
L’instant d’être seul et suspendu
Le temps de plomber sans un cri

Et tintamarre dans mes oreilles
Et tintamarre depuis le réveil
Les autos filent en file d’attente
Les obligations se présentent
Encore le retour à la chose
Encore un plan pour s’évader
Le pas qui presse et qui impose
Des chemins mille fois empruntés

Et je sais on s’y fait
Le retour à la vie qui plombe
Le temps passe les gens se tassent
Le retour à la vie qui plombe
Tout est prêt à la seconde près
Le retour à la vie qui plombe
On s’y fait il paraît

Et mardi qui se pointe
Un peu trop tôt à mon avis
Trop ponctuel trop solitaire
Un jour de plus au paradis
Et rien de neuf à l’horizon
Les fumées denses les compromis
Le cœur qui bat contre la montre
Et j’étouffe peu à peu mon cri

Que c’est pesant chaque seconde qui passe n’est pas à nous
De temps en temps le temps de perdre du temps me semble fou
En attendant frapper sur le même clou
De temps en temps le temps de perdre du temps me semble fou

Et je sais on s’y fait
Le retour à la vie qui plombe
Le temps passe les gens se tassent
Le retour à la vie qui plombe
Tout est prêt à la seconde près
Le retour à la vie qui plombe
On s’y fait
Track Name: Les pieds sur terre
Considère que
Demain matin il fera beau
Que la poussière que
Les miettes de tes idéaux
Toucheront terre que
Que l’on se réveillera à l’aube
Face au vent

J’ai manqué d’air quand
Quand j’ai enfin compris la cause
De tes maux de tête, de
De tes ulcères, de tes sanglots
J’ai laissé faire moi
J’ai pianoté sur un piano
Des notes au vent

La tête qui tourne, dépassé
Les pieds sur terre t’es tombé
De haut, de haut

La tête qui tourne, dépassé
Les pieds sur terre t’es tombé
Et sans repères étouffé
Les pieds sur terre t’es tombé
De haut, de haut

Alors peut-être que
Demain matin il fera beau
Que la poussière que
Que les miettes de tes idéaux
Toucheront terre que
Que l’on se lèvera à l’aube
Face au vent
Track Name: À grands remous
Le vent se lève
Oh l’averse noiera la terre
Belle tempête qui détruit
Qui fout tout en l’air
L’eau qui clapote dans la masse anéantie
L’eau qui se moque des obstacles
Tuera sans bruit

Les gratte-ciel et les ponts s’affaisseront
Tomberont par milliers
Et les cages d’ascenseur cesseront
De monter inondées
Et la mort dans la boue tout s’avale
S’affale à grands remous
Et la vague seule est restée

Sauter les murs qui me confinent
Faire table rase devant moi
Les jours de pluie où j’hallucine
Qu’on manque d’air et qu’on se noie
Alors que tout fera naufrage
Je remonterai à la surface
Pour voir le monde tel un mirage

Les gratte-ciel et les ponts s’affaisseront
Tomberont par milliers
Et les cages d’ascenseur cesseront
De monter inondées
Et la mort dans la boue tout s’avale
S’affale à grands remous
Et la vague seule est restée
Track Name: Les éclats
Un peu comme si le prisme
Des éclats de possible
Se refermait
À chaque fois

Le flot me fuit
Et le torrent passe
Et tombe entouré
D’une lueur sombre
Les étincelles sont-elles
Hallucinées?
Ma toile se tache
De verre éclaté

Le flot me fuit
Et le torrent passe
Et tombe entouré
D’une lueur sombre
Les éclats s’étalent
Aux heures brisées
Ma vague se nimbe
De verre éclaté
Track Name: S'élever
Si assembler toutes ces aventures te malmène
Alors lève les yeux
Car aux alentours de ton à-l’envers se démènent
De si jolis rhèmes
Quand les repères te donnent envie de t’échouer
Ou de devenir fou
Rebâtir sur un rêve de déjà, épuisé
Fuir le temps qui mord

Mais comment faire ou comment croire à ça ?

De dehors, du silence qui règne
On entend en chaîne
Comme une rengaine
Si c’en est une…
Une rumeur lointaine
Je ne sais plus, ai-je en chemin perdu la mienne?
Ce qui en reste ne relève ni du nord ni du sud
Je l’interprète comme une pause
Un répit en soi
Au relatif un interlude

Car c’est désolés que ces gens restent à table
Regardant le vide d’un air affable
Tout est normal, pourtant tout goûte son lot de scène
De douce-amère la pente pique pour la peine
(Mais comment faire, comment croire à ça?)
Track Name: Paresse
Tu pourras dormir puisque tout repose
Tout stagne et devient flou
Si l’imbécile dirige la force des choses
Qui donc en sera jaloux
Le moindre mouvement te demande du souffle
Tout stagne et coule en vain
Et puisque tes neurones à rien ne touchent
Le courant passe moins

Allez dors dors dors bien
Dors dors dors bien
Parce que dehors dehors
Dehors ne mène à rien
On se démène comme des humains

Tu pourras dormir puisque rien ne tient
La crise est imminente
À chaque jour barricade-toi bien
Rêve avec insouciance
Plus tu paresses plus tu te sens vivant
Et la ville est morbide
Tes élucubrations cheminent de sens
Et personne t’a compris

Allez dors dors dors bien
Dors dors dors bien
Parce que dehors dehors dehors ne mène à rien
On se démène comme des humains
On se démène au moins
Track Name: Rentrer dedans
Agents de leur ordre savent très bien quoi faire
Et quoi ordonner
Obéir aux puissants à leur argent à leurs pulsions
À leurs rêves de contrôle
Réprimer à tout casser surveiller bien informés
Dans leur uniforme
Protéger et servir les ordures leur empire
À terre qu’on isole

Rentrer dedans
Rentrer dans le rang
Rentrer dedans
Rentrer dans le rang
Rentrer dedans
Rentrer en rang
Rentrer dedans
Rester vivants

Pendant qu'ils brutalisent d'autres regardent applaudissent
Le sale nettoyage
Planqués sécurisés dans l’ordre tout penser
Sans discernement
Aveuglés par l’écran éblouis rentrer dedans
Questions en déroute
Abrutis bien assis et tout se poursuit
Circulez, circulez
Track Name: Attenter
Au revoir tu disais toute sourire
Mais de quel revoir tu parlais
Pour rire?
Tu parlais pour partir
Loin de mes soupirs

Mais moi, j'y crois plus
À l’attente, à l’attente
Je garde la mienne pour celle
Qui sera la prochaine
Pour celle qui du reste
Sera telle
Pour la peine
Pour la peine qui vente
Pour la peine

On aurait pu prendre part
S'entrevoir, s'entre-sève
S'entremêle, centre du monde
Au dehors où la neige
Est si belle, où les gens
S'entrecroisent
S'entre-crèvent

À toi pour ce soir
Y parait que je suis au nord
Que le vent au dehors
Que le froid me dévore
À toi, bon départ
Va sourire quelque part
Track Name: Chanson de glace
Il fait froid en altitude
Pris dans les neiges éternelles
Pris dans la froideur de celles
Qui me plaisent je fabule
Des sons étranges oh l’incapacité
D’être compris moi le mal-aimé

Il fait froid en altitude
Pris dans les neiges éternelles
Qui me glacent et qui me gèlent
Claquant des dents j’articule
Des sons étranges oh la timidité
Qui m’envahit moi le mal-aimé

Faudrait me dire faudrait me faire
Toutes elles me plaisent alors j’espère
C’est quand j’essaie que je constate
Qu’elles sont toutes faites de glace

Il fait froid en altitude
Mais la vue est ici belle
Des reliefs qui sont tels
Que je me perds et m’assume
Des sons étranges oh la féminité
Qui m’éblouit moi le mal-aimé

Pu capable de l’altitude
Je m’éloigne du sommet
Le vertige et je compose une chanson bien mauvaise
Des sons étranges des imbécilités
Ô grand artiste moi le mal-aimé

Faudrait me dire faudrait me faire
Toutes elles me plaisent alors j’espère
C’est quand j’essaie que je constate
Qu’elles sont toutes faites de glace

Faudrait me dire faudrait me faire
Toutes elles me plaisent alors j’espère
Et comme j’essaie et je t’embrasse
Je reçois ton verre ton drink et la glace
En pleine face